BCBGeneration Rigbie Simili daim Botte Black Bonne Vente

B01MS7DG1L

BCBGeneration Rigbie Simili daim Botte Black

BCBGeneration Rigbie Simili daim Botte Black
  • Dessus: Synthétique
  • Matériau de semelle: Synthétique
  • Type de talons: Bloc
  • Hauteur de talons: 7.5 centimètres
  • Hauteur de la tige : 40,75 centimètres
BCBGeneration Rigbie Simili daim Botte Black BCBGeneration Rigbie Simili daim Botte Black BCBGeneration Rigbie Simili daim Botte Black BCBGeneration Rigbie Simili daim Botte Black

E-services

Compensées bout ouvert Miu Miu en cuir blanc cassé Code modèle 5XZ157 3OT3 F0354 Taille 395 IT / 405 EU
Autres démarches
Fly London Suli Rug, Boots femme Petrol Rug

Cette annonce a été un choc pour la communauté. Et l'occasion pour certains de faire le point sur la situation en physique des particules. Ces dernières années, les physiciens des particules ont vécu deux annonces de découvertes majeures qui se sont révélés fausses par la suite. En 2011, l'expérience Opera avait mesuré des neutrinos allant à des vitesses supérieures à celle de la lumière , violant ainsi les règles de la relativité restreinte. De nombreux théoriciens avaient publié des articles pour expliquer ce phénomène... qui était en réalité du à un mauvais branchement instrumental . Plus récemment, la collaboration Pleaser LEGEND8868, Bottes non doublées arrivant au dessus du genou femme Noir Negro Negro Blk Leather P
(le rayonnement émis par l'Univers alors âgé de seulement 380 000 ans). Des physiciens ont montré que ce résultat impliquait l'existence d'ondes gravitationnelles dans l'Univers primordial et confirmait que celui-ci avait connu une phase d'expansion exponentielle, l'inflation. Or Le Coq Sportif Lcs R900 Unisex, Sneakers basses mixte adulte Schwarz Black
 Dans ces deux cas, un nombre conséquent d'articles ont tenté d'interpréter les résultats avant d'avoir une confirmation claire des mesures expérimentales. En est-il de même pour ce signal à 750 GeV ?

14 mars 2017 à 19h15
Par  Mathieu Olivier
BLACK JARDINS femme sandales avec coin P615600D / 707 BiancoArg
457  PARTAGES
 Partager
 Tweeter
 Share
 Envoyer

Le principal opposant nigérien Hama Amadou a été condamné lundi à un an de prison ferme par la Cour d’appel de Niamey pour son implication dans un trafic international de bébés. Un jugement téléguidé et une sentence illégale, confie son avocat, Me Boubacar Mossi, à Jeune Afrique. Interview.

Jeune Afrique : Quelle est votre réaction après  la condamnation de votre client  ?

Boubacar Mossi :  Je suis très satisfait de cette condamnation, pour une raison simple : cela me conforte dans l’idée que ce procès est purement politique. Ce jugement a été téléguidé, avec des magistrats qui n’avaient aucune marge de manœuvre. Il est désormais encore plus clair qu’il ne s’agit pas d’un procès ordinaire et que la procédure n’a pas été conduite, depuis l’instruction, à charge et à décharge, comme cela aurait dû être le cas.

Pour vous, le pouvoir nigérien a influencé la justice ?

Le juge était formaté. Nous avions demandé la suspension de séance pour saisir la Cour constitutionnelle au sujet de la citation à comparaître de Hama Amadou, qui  n’a pas été convoqué dans les règles. Mais le juge est passé outre, alors qu’il n’a pas la compétence pour juger de la constitutionnalité de la procédure et qu’il aurait dû surseoir jusqu’à ce que la Cour constitutionnelle rende sa décision. Il a même décidé de juger sur le siège, c’est-à-dire séance tenante, une décision qui n’est habituellement prise que dans des cas d’extrême urgence. Encore une fois, on ne peut que constater que ce n’est pas la procédure normale. Il y a clairement une accélération, par nécessité politique.

La justice n’a même pas respecté le principe de l’immunité parlementaire

Comment envisagez-vous la suite de ce combat judiciaire ?

J’ai l’impression que nous ne pouvons compter sur aucune juridiction nigérienne, ce que je déplore. Mais nous restons avocats et nous essayons de croire au droit. Nous allons donc nous concerter avec les différents tenants de la défense pour nous accorder sur la suite et nous irons certainement en cassation. C’est également une façon de prendre à témoin le peuple et l’opinion quant à la violation du droit de la défense dont nous faisons l’objet. La justice n’a même pas respecté le principe de l’immunité parlementaire, alors que  Hama Amadou  a été  élu député aux dernières législatives. Ce n’est pas parce que les faits sont antérieurs que le respect de cette immunité n’est pas une obligation. Nous demandions une suspension jusqu’à la fin de son mandat, mais on ne nous a pas écoutés.

On semble parler davantage de la forme que du fond dans ce procès…

Oui, car, en réalité, le fond n’a jamais été discuté. Depuis le départ, la procédure a été biaisée et a davantage porté sur la forme. À aucun moment, la justice n’a permis à Hama Amadou de se défendre sur le fond, sur des éléments de dossier. Ce jugement a été rendu par la Cour d’appel alors que l’on n’a pas pu juger sur le fond en première instance, ce qui est une violation du principe du double degré de juridiction. Devant toutes ces violations, nous avions d’ailleurs décidé de ne pas assister à l’audience, étant entendu que nos plaidoiries n’auraient servi qu’à donner à ce jugement téléguidé une apparence de décision contradictoire. Pour nous, l’arrêt rendu hier est en réalité inexistant et cette condamnation est illégale.

À LIRE AUSSI


Warning: Unknown: write failed: No space left on device (28) in Unknown on line 0

Warning: Unknown: Failed to write session data (files). Please verify that the current setting of session.save_path is correct (/home/kloxo/client/admin/session) in Unknown on line 0